La Fapée est la Fédération des associations de parents d’élèves des établissements d’enseignement français à l’étranger. Elle est notamment présente au conseil d’administration de l’AEFE, mène de nombreuses actions en soutien aux parents d’élèves des écoles françaises à l’étranger et organise une assemblée générale ainsi que des rencontres qui permettent aux associations adhérentes d’échanger sur les problématiques rencontrées dans les différents pays.

L’Assemblée générale de la Fapée a eu lieu le vendredi 7 juillet à Paris. Outre les représentants des associations adhérentes, de nombreuses personnalités actives dans le réseau y ont participé: le directeur de l’AEFE, ainsi que les chefs de secteurs géographiques, mais aussi de nombreux élus des français de l’étranger, sénateurs comme députés.

En ouverture, le sénateur Jean-Yves Leconte – qui est aussi parent d’élève – a présenté quelques chiffres de l’AEFE, sur les frais de scolarité, la dotation publique, les variations du nombre d’élèves dans le réseau, et dressé un panorama des problématiques rencontrées au niveau mondial: plafond d’emploi pour les enseignants, refus de détachements etc.

Après le vote du rapport d’activité et l’élections des administrateurs, l’association de parents d’élèves du Lycée de Zurich a présenté les actions mises en oeuvre pour accompagner les élèves à besoins éducatifs particuliers (dys, haut potentiels, handicaps physiques). Zurich, comme d’autres écoles du réseau, propose un panel d’outils inventifs et modernes pour aider élèves, familles et enseignants. La présentation de ces programmes innovants nous a montré le chemin qu’il reste à parcourir à Chateaubriand en ce qui concerne la prise en charge des EBP (élèves à besoins éducatifs particuliers), et c’est un chantier auquel nous souhaitons travailler dès la rentrée 2017.

Après un inattendu exercice d’évacuation des salles de réunion, la journée s’est poursuivie par des échanges particulièrement intéressants avec les associations de parents d’élèves de lycées français en Espagne, Angleterre, Algérie, Allemagne ou encore Colombie… Les établissements d’enseignement français à l’étranger ont un grand nombre de problématiques en commun et c’est incontestablement une grande ressource que d’avoir accès aux solutions qui ont pu être trouvées ailleurs.